Pli envoyé au Cénacle de Séatonia, pour Reylïn Xïobë

> > > Pli envoyé au Cénacle de Séatonia, pour Reylïn Xïobë
HRP : pas de mise en forme pour barrer un mot ; faute de mieux, rouge = rature.


Ce papier est froissé et plié à la diable par un filet de salive, et l'écriture qui est couchée dessus, bien que peu étudiée, semble vouloir se donner des accents officiels. Certains indices font soupçonner qu'il a été composé sous la dictée.


Destinataire : ​au service de réception des courriers, ou ce qui tient de cela, du Cénacle de Seatonia, et surtout au professeur Réline Gziobé.


Madame Réline,

On m’a dit vous a recommandé à moi pour une certaine affaire. Est-ce qu’ Serait-il possible de me recevoir, s’il vous plaît je vous prie, en votre propre et privé nom, pour une histoire qui a besoin de demande votre expertise ?

Vous pouvez, comme en guise de réponse, retourner ce pli à l’adresse de l’expéditeur en indiquant le jour et l’heure de la visite l’entrevue. Sinon, je trouverai solliciterai quelqu’un d’autre un de vos homologues.

Je resterai patiente dans mon attente, et souhaite un cheval sûr à celui qui vous délivrera ce message.
G.

Ajouté en publicité à la fin du message, semble-t-il sans l’avis du souffleur : si le besoin la nécessité d’avoir un scribe dans au sein de l’Académie se ressent, demandez Rob, votre serviteur, à la Corne Joviale !
 
En la belle journée plaisamment ensoleillée du 7 Plantaison, le rire moqueur de Dame Bellamont, l'intendante du Cénacle, résonne dans le Grand Hall, tandis qu'elle grimpe jusqu'à la salle des Instructeurs. Une fois à l'étage, elle repère la silhouette studieuse de la Mer, un sourire narquois aux lèvres, elle s'approche faisant vivement claquer sa main sur le bois de la table y abandonnant dessus une missive. D'une voix sardoniquement tonitruante, elle s'écrit pleine de jubilation :

 « Un pli pour le Professeur Réline Gziobé » 

Écorchant le nom avec une délectation joviale, accentuant encore le ridicule de la chose. 
Mais une dunmer exercée en vaut deux, et sans le moindre sourcillement de surprise, l'elfe repose délicatement son livre sur le bureau et d'un ton doucereux comme la lame d'une dague caressant une étoffe de soie, elle répond : 

« Merci, intendante, vous pouvez retourner vous occuper de vos basses besognes. » 

Elle accompagne ses propos d'un mouvement hautain de la main pour chasser l'inopportune créature. Malgré les regards assassins de l'humaine, elle garde une attitude marmoréenne fixant la femme jusqu'à ce que cette dernière quitte les lieux.  
Une fois seule, elle décachette le pli. La lecture de cet dernier provoque moult rire et froncement de sourcils. Une fois terminée, elle le dépose sur la table et reste quelques temps, songeuse, pianotant du bout des ongles sur le papier. Finalement, avec un soupir, elle rapproche un encrier et un vélin vierge et durant plusieurs minutes le seul bruit troublant le calme du lieu est le crissement de la plume sur le parchemin.

A la personne qui lira cette lettre, soit Ser G ou Ser Rob,

Je vous avouerai que je n'ai pour habitude de répondre à des demandes aussi vagues et manquant de précisions sur la teneur de l'expertise souhaitée.

Néanmoins je dois me rendre dans la région du Bois de Grath dans ces prochains jours, nous pourrions nous rencontrer dans l'enceinte de la guilde des Mages au Havre, ce Lorndas 9 Plantaison vers seize heures.

                                                                           Kena Reylïn Xïobê 


Sur le dos de la missive, dûment pliée et cachetée, la Dunme note l'adresse comblant les manquements des écrits par l'espoir de tomber juste :


Ser G ou Ser Rob
A la Corne Joviale
Faneracine
Bois de Grath


Lien vers le message

Utilisez les codes suivant pour partager le message sur un forum ou un site.